Les singes de Sepilok

     Une envie d’approcher des orangs-outans et des singes nasiques ? C’est la raison pour laquelle je suis allée à Sepilok, tout au Nord-Est de Bornéo. A peine arrivée à Kota Kinabalu la principale ville de la région Nord de Sabah, je réserve un vol interne pour Sandakan proche des réserves de Sepilok. Je suis restée deux jours dans ce coin là pour approcher les singes et capter le moindre mouvement des animaux et oiseaux de la rainforest.

LES RÉSERVES ANIMALIÈRES DE SEPILOK

Centre de réhabilitation d’Orangs-outans

   Me voici dans la réserve d’une superficie de 43km2 où de nombreux orangs-outans y sont protégés. En Malaisie, orang-outan signifie « homme des forêts », ils vivent en harmonie avec leur forêt si dense et humide, qui ne fait que diminuer à Bornéo au profit de plantation de palmier..

Cette réserve est immense, mais une plate-forme de nourrissage y est installée, pour avoir la chance d’observer des orangs-outans. Ce sont les singes qui décident de venir ou non, et j’ai été plutôt chanceuse de voir une famille d’orang-outan ainsi que plusieurs autres plus petits. Le mâle était monstrueux avec une tête carrée et une forte masse musculaire, une vraie bête ! C’est effrayant quand il nous regarde dans les yeux.

C’est extraordinaire d’observer leurs gestes et leurs regards tellement similaires à nous. Ils se passent des fruits pour les manger, jettent la peau de banane parfois, se poussent, ou s’aident à traverser une corde. J’ai passé une bonne heure rien qu’à les observer.  

Juste avant la sortie du parc, une femelle et son petit étaient assis contre une branche tout juste à quelques mètres de notre chemin. J’aurais presque pu toucher un orang-outan !

Les singes nasiques à Labuk bay sanctuary

Sous le nom de Proboscius monkey, ces singes ont une particularité qui attire de suite notre regard (effet immédiat) : leur nez ! Seuls les mâles ont le nez qui pendent, les femelles sont plus petites et leur nez est tourné vers le haut. Franchement, quand je les regarde je suis à la fois impressionnée et à la fois j’ai envie de rire.

 

Je suis ici à une réserve de singes nasiques, située entre plantation de palmier à huile de palme et mangrove. Autant dire qu’il leur reste peu de forêt (ça c’est moins drôle..), c’est pourquoi on a beaucoup de chance de les voir aux heures de nourrissage, et à quelques mètres seulement. Plusieurs singes viennent manger les fruits donnés, un peu comme un repas de famille.

Il y a aussi quelques oiseaux qui ont pour habitude de venir aux heures de nourrissage, notamment une espèce propre à la Malaisie, le Calao Pie : un grand oiseau avec un long bec doublé.

 

Canopy walk et balade dans la rainforest, l’histoire de ma vie

    De bonne heure le matin, je décide de me rendre à la forêt tropicale de Sepilok, c’était tout un épisode pour moi ! Déjà je pars le ventre vide parce que j’ai loupé l’heure du petit déjeuner (hihi la classique) et j’avais bien le flemme de marcher un km de plus pour tenter de trouver un magasin. Sepilok, c’est vraiment mort ! Bref, je mange mon dernier petit paquet de cookie et j’y vais (ma règle d’or en Asie, c’est toujours avoir un paquet de cookie dans mon sac, il y a toujours des imprévus!). Une fois franchi l’entrée du parc, il se met à pleuvoir.. et abondamment.. ici on ne parle pas de petites pluies ! Je monte sur la structure à hauteur d’arbre pour tenter d’approcher des oiseaux. Avec cette pluie, pas une seule plume à l’horizon. Je poursuis le chemin jusqu’au bout, puis j’apprécie la beauté de la nature tout simplement.

Sur la carte papier que la dame à l’entrée m’a donnée, je vois un sentier qui part d’une des tours d’observation, je décide de la désescalader par une échelle que j’ai vu. Je me retrouve en train de descendre une échelle à 20m de haut avec des appuis glissants.. bon « y’a qu’a bien se tenir » ! Je retrouve le sentier qui s’efface petit à petit à cause des feuilles mortes, puis j’explore la forêt tropicale. Je n’ai pas croisé de touriste encore, il n’y a personne. Je sursaute à chaque insecte ou lézard qui passent, pensant croiser un serpent. Je marche quelques moments dans cette belle forêt et d’un coup je tombe face à mon animal favoris de la jungle : l’écureuil volant ! Tu sais, c’est l’animal qui fait du base jump pour atterrir au sol 🙂 Il est trop mignon, puis il me suit du regard quand j’avance ou je recule, je l’adopte !

Je continue un peu sur ces sentiers, où je rencontre quelques oiseaux et autres bestioles jusqu’au moment où je regarde l’heure. Je réalise qu’il me reste 30min pour sortir de cette forêt, rejoindre l’hôtel, manger un repas (au moins un dans la journée..) et me doucher car avec cette humidité je suis trempée. Bref, c’était le coup de speed de la journée et tout s’est bien passé, efficace quand il le faut ! Je m’en vais vers le fleuve de Kinabatangan pour voir des orangs-outans en pleine nature cette fois-ci.

 

INFOS ET BONS PLANS

Que faire dans la région de Sepilok ?

  • Centre de réhabilitation des Orangs-outans : Entrée à 30RM, 6€ + 10RM pour l’appareil photos (business is business!). L’idéal est de venir 20min avant les heures de nourriture à 10h et 15h. Les orangs-outans viennent régulièrement pour manger devant la plateforme d’observation. Restez y après le rush touristique, vous apprécierez le calme et peut-être le retour d’un orang-outan. Le ticket est valable la journée, je vous conseille d’y aller le matin, puis de revenir plus tard dans la journée si vous n’êtes pas satisfait de votre rencontre.

  • Rainforest et Canopy walk : entrée à 15RM (3€) pour un grand espace dans la forêt. Un ponton à hauteur de la canopée permet d’observer de plus près les oiseaux. Petit conseil, quand il pleut.. ils se cachent ! Mieux vaut y aller en fin d’après-midi, voire à la tombée de la nuit. Sinon, plusieurs sentiers sont tracés dans la forêt tropicale. Certains sont évidents, d’autres un peu plus compliqués à trouver à cause des feuilles mortes.

  • Labuk bay Proboscis Monkey Sanctuary : A 20km à l’Ouest de Sepilok, pour y aller une navette gratuite depuis Orangutans park ou bien prendre un Grab (40RM, 8€ aller-retour pour une voiture à partager). Venez pendant les horaires de nourrissage : Plate-forme A : 09h30 et 14h30, et plate-forme B : 11h30 et 16h30. Entrée à 60RM + 10RM l’appareil photo, une entrée plus chère que les autres, qui sert à financer la destruction de la forêt au profit des plantations de palmier à huile de palme. En repartant de la visite j’ai appris que le propriétaire chinois se sert des singes pour détruire la forêt.. honte à moi d’avoir supporter cette cause ! Bref, de quoi repartir avec le sourire..

  • Bornean Sun bear conservation center : Entrée à 30RM (6€), les horaires d’ouverture sont de 9-15h30, ça ferme assez tôt ! Je n’y suis pas allée, mais rencontré des gens qui en était ravie !

Ou dormir ?

J’ai fais le tour des quelques hôtels de Sepilok juste par curiosité car parfois, ils entretiennent de beaux jardins tropicaux. Je peux ainsi vous conseiller quelques adresses.

Conseillé par mon autre hôtel à Kota Kinabalu, j’ai choisi Nature Sepilok lodge, pour 45RM (9€50) la nuit en dortoir avec petit déjeuner. C’est une bonne adresse, les chambres et la sdb sont très propres mais il manque un peu de charme au complexe et il est un peu loin des restaurants et réserves animalières. Le soir, difficile de manger ailleurs qu’à l’hôtel..

Mon coup de cœur reste pour Sepilok jungle resort, pour son splendide jardin et sa piscine au milieu des plantes tropicales. C’est agréable une piscine avec cette chaleur et humidité ! On peut y dormir pour 45RM en dortoir (9€50) ou bien en chambre double privée pour 110RM (22€). Il est situé tout proche des parcs et d’autres restau.

Il y a aussi le Sepilok forest edge resort, pour une même gamme de prix que les deux précédents, au milieu de la forêt avec une petite piscine. Apparemment, il y aurait plus de moustiques (les « on dit que »..), mais c’est aussi une très bonne adresse.

Le Sepilok Nature resort (le dernier!) possède plusieurs chalet en bois avec terrasse privée au bord d’un lac. Le jardin est très bien entretenu et le restaurant est cosy. Ce sont uniquement des chalets privés au bord du lac, pour 300RM la nuit (62€). Si on a envie de se faire plaisir pour la nature, c’est ici qu’il faut sonner !

Accès à Sepilok

Depuis Kota Kinabalu, des bus relient Sepilok en 6h de trajet pour 50RM (10€). Pour l’aller j’ai pris un vol Airasia (Kota Kinabalu – Sandakan) pour 26€, en 50min de vol seulement !

Pour repartir de la région, des bus partent toutes les heures de Sidakan vers Kota Kinabalu. Je me suis arrêtée au parc national de Kinabalu, donc deux heures avant la ville, pour 35RM (7€).

L’itinéraire sur la carte


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s