L’expédition 4×4 à Fraser island

     Située au large de Hervey bay sur la côte Est, Fraser island est la plus grande île de sable au monde avec ses 120km de long. Nous décidons de parcourir l’île en 4 jours avec notre 4×4 de long en large, traversant forêt humide (sur le sable!?!), lacs d’eau douce aux couleurs émeraudes, et plage à perte de vue. Ça sera notre première vraie expérience de 4×4 puisque l’unique moyen de traverser l’île est d’emprunter les plages ou les pistes de sable (moyenne de 30km/h!!). C’est au rythme des marées que nos jours s’organisent : entre découverte de la beauté de la nature, détente ou wakeboard sur les plages. Nos journées se finissent par un camping au beau milieu de la nature, en pleine forêt ou en bord de plage. La faune y est abondante, nous avons croisé de nombreux dingos sauvages, des varans, des baleines qui sautent à quelques centaines de mètres de la plage et même un python.

JOUR 1

    Nous arrivons le matin à Rainbow beach et prenons une demi-heure pour organiser notre périple sur l’île (itinéraire approximatif pour réserver les campings, achat du permis de rouler dans le parc, et du ticket pour le ferry). Nous attendons tranquillement sur la plage de Rainbow beach que la marée soit basse (eh oui !! pour pouvoir rouler sur la plage à Fraser il faut attendre que la marée descende..). Il est 14h, nous nous décidions à prendre le ferry à Inskip point : un lieu étonnant pour un embarquement en ferry. Ce n’est pas via un ponton que nous embarquons mais directement depuis la plage.

Après 10 minutes de ferry, nous commençons notre aventure par 25km en bord de plage, puis 25km sur une piste à l’intérieur des terres pour accéder à des lacs d’eau douce.

 

Lac Boomanjin

Ce lac entouré de sable sera notre premier arrêt sur l’île, nous faisons rapidement le tour puis reprenons la route. Proche du lac, l’aire de pique-nique entourée de grillage nous interpelle : sur l’île c’est interdiction de manger hors des grillages installées à cause des dingos °_°. Nous comprendrons plus tard pourquoi l’intérêt de ces espaces..

Coucher de soleil au lac Birrabeen

Nous nous arrêtons à ce deuxième lac d’eau claire entouré de sable blanc au reflet rosé. Une petite pause au coucher de soleil (17h..) puis nous décidons de reprendre la route vers le camping. La nuit approche et avec notre moyenne de 15km/h sur les pistes de sable, il ne vaut mieux pas traîner (s’ensabler la nuit ça serait embêtant..).

 

Nuit au camping Central station : C’est le principal camping de l’île au milieu de la forêt, très bien aménagé et tout entouré de grillage donc pas de stress de se retrouver face à un dingo affamé.

JOUR 2

Miroir parfait au basin lake!

De bonne heure le matin, nous tentons de suivre la randonnée dans la forêt pour arriver à Basin lake (l’indication n’est pas évidente!). Après 3km, nous arrivons à Basin lake : un beau lac sur sable blanc, bordé de roseaux bondés de toiles d’araignées recouverte par la rosée matinale. Nous faisons le tour du petit lac, puis revenons sur nos pas.

Creek boardwalk, une eau translucide 

Toujours à partir de central station, nous longeons cette fois un cour d’eau sur un chemin de planche de bois en hauteur. L’eau ruisselante est si transparente qu’on dirait qu’il n’y a pas d’eau. C’est très surprenant de marcher au milieu d’une forêt humide sur une île de sable. Nous apprécions ce petit instant fraîcheur.

Lac Mckenzie, le plus beau lac de l’île!

Notre gros coup de cœur de la journée! Du sable blanc, une eau turquoise, un petit îlot.. on dirait une île dans l’océan, pourtant il s’agit bien d’un lac d’eau douce ! Nous profitons de l’endroit pour se baigner et pique-niquer. C’est d’ailleurs à cet endroit que nous croisons notre premier varan.. qui grimpe au sommet de l’arbre (?!?). Bref, on se dit que si un varan nous suit, ça sert à rien de monter dans un arbre ! C’était la découverte du jour !

Lake Waddy, un lac entre les dunes de sables

La route entre le lac Mackenzie à la plage est assez technique à certain moment : parfois il a fallu marcher en reconnaissance pour savoir où passer. Sur les derniers kilomètres de route, un dingo apparaît et nous suit.. jusqu’au parking du lac. C’est sympa, mais on sort comment maintenant ?! Nous décidons de sortir de la voiture, armé d’un bâton (au cas où..) puis commençons la balade de 3km.

Sur le sentier, nous apercevons un python par terre, mais il dormait donc tout va bien ! En début de chemin, nous recroisons le dingo d’avant, puis il décide de nous suivre.. C’est en compagnie de ce dingo que nous marcherons jusqu’au lac.. un peu stressante la balade ! Quelques minutes de marche suffisent pour arriver au milieu de dunes de sable, avec le lac en contre-bas : c’est le plus profond de l’île avec ses 11m.

Nuit en camping sauvage sur la plage à Maheno

La nuit approche, nous choisissons de rouler quelques kilomètres de nuit sur la plage à marée basse. Nous voulons atteindre une aire de camping autorisée sur la plage au niveau de l’épave de Maheno. Tout au long du trajet, des baleines à quelques mètres faisaient le show en se propulsant entièrement hors de l’eau. Nous passerons la nuit dans notre 4×4 sur la plage, juste derrière une dune de sable.   

JOUR 3

Un réveil en beauté proche de l’épave de Maheno

Réveil à 6h30 du matin pour pouvoir longer la plage en 4×4 jusqu’au Nord (on vit au rythme de la marée sur l’île.. !). Un petit stop à l’épave de Maheno pour admirer cette beauté et faire quelques photos. Au large, des dizaines de baleines sautent en fond de mer. Décidément nous avons de la chance d’en voir autant et si proche ! Il y en a beaucoup en cette période puisque entre mai et novembre les baleines à bosse migrent.

Champagne pools, une piscine naturelle sans requins !

Nous arrivons avant que la marée monte à Champagne pools : des piscines naturelles creusées par la roche. On se demande pourquoi « champagne pools » ? et c’est à la marée montante que nous comprenons. Les vaguent s’écrasent contre les rochers et créent des bulles dans la piscine naturelle, un vrai jacuzzi naturel. L’endroit est juste magnifique et l’eau hyper turquoise! Nous y restons quelques heures pour profiter d’une bonne baignade en toute sécurité (pas de requin, courant, croco..).

Session wakeboard tracté à Orchid beach

Nous poursuivons la piste vers Orchid beach, puis nous découvrons la longue plage parfaite pour les 4×4. Un endroit nous interpelle : une sorte de lagon très plat où l’on peut rouler juste à côté de l’eau, nous pensons tout deux que l’endroit est juste idéal pour faire du wakeboard !! Nous avons la planche, la voiture, de la corde, et un morceau de bois trouvé qui fera l’affaire pour la barre. C’est partie pour une session de wakeboard tiré par le 4×4 ! Sensations garanties !

Waddy point et les baleines au large

En fin de journée, nous sommes allés au point de vue de Waddy en bout de plage. Encore une fois, nous apercevons quelques baleines qui sautent hors de l’eau au large des falaises rougeâtres du point de vue. Nous avons tellement aimé l’endroit que nous sommes restés une nuit de plus, à Waddy point.

Camping à Waddy point

Nous dormons le soir à Waddy point dans un camping très bien aménagé avec des coins pour faire un feu de camp (nous manquons pas l’occasion d’en faire un!). Un grillage encercle le camping pour éviter les interactions avec les dingos, du coup les varans en profitent pour gambader dans le camping ! Leur bruit dans les feuillages nous surprennent toujours autant !

 

JOUR 4

Les falaises colorées de Red canyon

A nouveau très tôt le matin, nous reprenons la route pour tracer toute l’île en direction du ferry. Sur la route, la couleur rouge de pinacles en bord de plage nous interpelle : nous sommes à Red canyon.

 

Les dunes dorées de Kirrar sandblow

Plus au Sud, nous nous baladons au milieu de dune de sable dorée où d’étranges formations rocheuses nous font penser à un paysage lunaire. Allez, quelques kilomètres sur la lune, puis nous revenons vite à notre voiture : nous ne voulons pas que l’océan l’embarque avec la marée montante !

 

Un retour au ferry par la plage!

Nous rejoignons le ferry au Sud de l’île par la plage, tout juste à tant avant que la marée soit haute. Sur les derniers kilomètres, c’était tout juste, avec seulement 5m de plage pour rouler, et en plus du sable sec donc tout mou. La conduite fut un peu « freestyle » dans ce sable, mais bon l’importance est de garder le volant droit ! Ah oui, sur la photo on voit une corde devant notre coffre.. Pour la petite histoire, la galerie de toit de notre 4×4 s’était desserrée et s’est avancée devant la voiture sur une des bosses crées par le sable..

 

 

INFOS ET BONS PLANS FRASER ISLAND

L’accès à l’île

Fraser island est accessible par ferry à partir de Hervey bay ou Rainbow beach. L’aller-retour de Rainbow beach coûte 120$ pour le véhicule, pour seulement 10 minutes de trajet ! Le ticket est plus cher de Hervey bay, puisque la distance est plus longue (170$ me semble-t-il). Le ticket s’achète un peu partout dans la ville (nous l’avons acheté à l’office de tourisme). Le ferry dessert l’île toute la journée, pas besoin de réserver en avance ni de s’y prendre tôt le matin. A Rainbow beach, le ferry part de Inskip point, tout au bout de la plage (assez surprenant comme endroit pour embarquer!).

Que prévoir avant le départ sur l’île ? Même si nous avons planifié de passer à Fraser island, notre départ fut précipité en raison d’une courte fenêtre météo favorable (difficile de profiter des charmes de l’île sous la pluie !). Nous avons organisé une petite heure notre périple juste avant le départ, et finalement, ce n’était pas plus mal. Pas besoin de réserver à l’avance, tout se fait sur place (à Rainbow beach, ou Hervey bay).

  • Le premier facteur à prendre en compte est la météo : rouler sur des pistes de sable sous la pluie ça pourrait être une galère. On a préféré ne pas tester !

  • Vérifier les horaires des marées et prévoir son itinéraire en fonction de la marée basse : on ne peut que rouler 2 heures avant/après la marée basse sur la plage. Pour le départ en ferry, il faut attendre la marée descendante, étant donné que les 20 premiers kilomètres se font le long de la plage.

  • Acheter son ticket pour le ferry (120$/véhicule) et son permis de rouler sur l’île (45$/véhicule) à l’office de tourisme. Demander aussi une carte de l’île, où sont localisés les pistes, les sentiers, les « choses à voir » et les campings.

  • Prévoir des réserves d’eau, de carburant et de nourriture. Sinon la pêche est le sport national sur l’île, plusieurs endroits sont localisés sur la carte.

  • Prévoir des pièces de 2$ pour les douches dans les campings. Qu’elles soient froides ou chaudes, 4min coûte 2$. Une bonne douche parfois ça fait toujours plaisir !

  • Réserver ses nuits auprès de l’office de tourisme. Avant de partir, il faut prévoir un itinéraire approximatif pour réserver les campings ou aires autorisée sur les plages. La nuit, que ça soit en camping « élaboré » (tables, toilettes, eau, douche..), ou le long de la plage coûte 6,10$/personne/nuit. Il nous est demandé de donner les lieux de nos nuits pour qu’ils régulent le nombre de visiteurs. A vrai dire, nous avons donné deux endroits approximatifs étant donné qu’il nous est incapable de prévoir sans avoir vu. D’ailleurs, ils n’ont pas vérifié si nous étions bien au camping prévu, et restent assez tolérants aux changements d’itinéraire.

  • La dernière étape, juste avant de partir sur l’île, est de dégonfler ses pneus de moitié pour plus d’adhérence sur le sable.

Comment rouler sur Fraser island ?

Aucune route goudronnée sur l’île, cela oblige à apprivoiser la conduite sur le sable.

  • Pression des pneus : La conduite sur sable impose de dégonfler les pneus de moitié (la limite est de 18-20psi de pression par pneu) afin d’avoir plus d’adhérence. On peut le faire à la station service de Rainbow beach, ou simplement demander à des gens du coin comme nous l’avons fait.

  • Heure de marée : Sur la plage, il faut vérifier les heures des marées : la conduite sur la plage se fait uniquement 2 heures avant/après la marée basse (à consulter à l’office de tourisme). L’idéal est de rouler sur une partie mi-humide de la plage, c’est presque comme une route goudronnée. Du coup, il est préférable de rouler à la marée descendante et non montante (le sable a eu le temps de sécher, donc plus difficile).

  • Conduite sur piste de sable : A l’intérieur des terres, ce sont des pistes de sable qui sont assez accessibles avec un 4×4 (nous l’avons fait sans aucun problème). Il faut juste « bien viser » dans les rails qui sont déjà tracés par les 4×4. Pour la conduite sur sable, le plus important est de conserver une vitesse régulière. Il y a quelques passages difficiles entre le Lac Mckenzie et Waddy lake où il a fallu bien étudier le passage.

  • Quel mode de conduite ? Difficile de comprendre tous les modes sur le 4×4 (High, High low, Low low), mais nous pensons avoir trouvé ce qui convient le mieux. Nous avons laissé le mode normal de conduite « high », et quand nous commencions à nous ensabler ou sur les passages techniques, nous utilisons le mode « low low » pour plus de puissance sur les 4 roues motrices.

Ou dormir sur Fraser island ? 

L’île possède de nombreux campings et quelques hôtels. Il y a plusieurs types de campings : les trois principaux sont plutôt élaborés avec tables, douches, eau, wc (Central station, Dundubara, Waddy point). D’autres sont plus simples avec juste un aménagement grillage (anti-dingos) et toilette. D’autres sont simplement des aires localisées pour camper en bord de plage, à l’abri de la marée haute.

Combien coûte 3 jours sur Fraser island ?

  • Ticket ferry Rainbow beach – Fraser : 120$

  • Permis de rouler sur l’île : 50$

  • Campings : 37$ pour les trois nuits à deux


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s